La Chenille processionnaire du Chêne

chenilles processionnaire

La chenille processionnaire du chêne est une chenille largement répandue en Europe, et le climat wallon lui convient parfaitement.

Son effet sur les arbres peut être variable. Les défoliations, même si elles sont totales, n’engendrent pas la mort des arbres sains. Le principal effet sera une réduction de la croissance durant l’année concernée. Toutefois, les conséquences sur un arbre affaibli peuvent être beaucoup plus importantes : peuplement de la chenille et dépérissement de l’arbre.

Le principal risque reste lié à la santé animale et humaine. En cas de contact avec les poils urticants, nous vous recommandons de faire appel aux services d’urgences (112) ou au centre d’antipoison (070/245.245).

  • Contact avec la peau : apparition dans les huit heures d’une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. La réaction se fait sur les parties découvertes de la peau mais aussi sur d’autres parties du corps. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l’intermédiaire des vêtements.
  • Contact avec les yeux : développement après 1 à 4 heures d’une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants). Quand un poil urticant s’enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans de rares cas, évolution vers la cécité.
  • Contact par inhalation : les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme (rétrécissement des bronches comme dans l’asthme).
  • Contact par ingestion : il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s’accompagne de symptômes tels que de l’hypersalivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

chenilles processionnaires

Gestion et lutte

En cas de détection, rapportez le cas à votre Correspondant-Observateur local de l’OWSF.

N’essayez en aucun cas d’éliminer vous-même les chenilles processionnaires.

L’enlèvement ou la destruction des nids reste la méthode de lutte principale contre cet insecte. Cette lutte est surtout importante lorsque la densité et le nombre de nids sur un site sont encore faibles. L’enlèvement se pratique idéalement tôt dans la saison (d’avril à mai) afin de profiter des stades non urticants de la chenille, qui n’est urticante qu’à partir du 3ème stade larvaire.

L’enlèvement des nids peut se faire par brûlage ou aspiration dans des appareils dotés d’un filtre absolu. Une protection individuelle (combinaison, masque respiratoire, lunettes…) est obligatoire afin de ne pas s’exposer aux poils urticants. Cette action se déroulera du mois d’avril au mois de novembre. Les nids restent urticants pendant des années, même après le départ des papillons. Ils doivent être manipulés avec précaution dans tous les cas.

Nous vous recommandons de faire appel à un professionnel afin de procéder à l’enlèvement des nids de chenilles processionnaire.

Contactez nous au 0800/11 430

Pour plus d’infos : Les chenilles processionnaire du Chêne

Menu
Devis Gratuit